Première ballade avec chien, entièrement filmée

Et voici un aperçu d’une sortie avec le poney et le chien.  J’y ai mis quelques sous-titres ! n’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez dans les commentaires, par exemple ce que vous auriez aimé voir etc…

Publicités

La randonnée au long cours

Au long cours, pour moi, signifie que vous ne rentrez pas chez vous le soir. Vous alignez un ou plusieurs jours d’affilée, et vous n’êtes pas suivi par une équipe.

Pour ma part je ne suis pas partie plus de 4 jours en autonomie totale de moi-même, avec ma propre organisation. Mais rien que ces petits séjours sont riches en émotions et en découvertes. C’est là que j’ai estimé que j’habitais un coin magnifique , et que celà suffisait pour bien m’amuser.

L’autonomie totale se fait par une très bonne préparation, physique et technique. Pour tous les membres du groupes c’est important, si le soir votre ami est claqué et ne peux plus rien faire, vous en aurez vite assez de monter le paddock, aller chercher à boire aux chevaux, monter la tente, faire à manger etc… J’ai testé une fois, ce n’est pas drôle et l’ambiance se dégrade très vite.

Par chance, je suis très souvent partie avec ma soeur, resistante, avec qui je me suis toujours beaucoup amusée ( entre autre une mémorable pause piscine dans une rivière sous un pont, improvisée, avec les chevaux au milieu de 60km d’un bloc).

Donc deux choses : une bonne préparation, et un choix vraiment réfléchit de coéquipiers.

le materiel des rando en semi-autonomie

La semi-autonomie pour moi c’est la rando avec une équipe suiveuse en voiture ou camion. Bref, quelqu’un qui ne chevauche pas, et qui s’occupe du ravitaillement et du point de chute du soir.

J’ai pratiqué cette expérience à de nombreuse reprise avec des associations cavalières. Moyennant une participation (jamais excessive à mon gout) l’équipe de soutient vous permet de voyager loin et léger. Moi je n’hesite pas à tout refiler (tente, paddocks) pour qu’ils portent ça dans le vehicule.

Le soir : Dans le meilleur des cas ils s’occupent de tout : paddocks, ravitaillement cheval (eau, foin), logement cavalier, et ravitaillement cavalier. J’y ai gouté une fois à ce type de rando là. c’est vraiment très confortable ! on est totalement frais et dispo le lendemain !

Sinon l’équipe porte le matos et à vous de vous débrouiller le soir. C’est fatiguant pour le cavalier, mais les avantages sont les mêmes pour le cheval donc tout va bien. Il faut juste veiller à bien se nourrir et bien organiser  ses pauses en rando pour ne pas être trop à la ramasse le soir au moment de faire le paddock de doudou…

et bien sûr en cas de problèmes c’est juste génial ! un petit pépin de rien du tout et les voilà qui rappliquent au moindre appel. C’est vraiment chouette. (je me suis fait piquer comme ça par une araignée vénéneuse et mon doigt enflait à vue d’oeil, j’ai appelé l’équipe suiveuse pour qu’ils sortent la creme ! )

Du coup, le materiel à emporter est sensiblement le même que sur les ballades courtes. Je prends en plus :

  • la trousse complète de secours
  • la couverture de survie
  • le k-way
  • des barres energetiques et au moins 1L d’eau (je bois peu, à adapter en fonction de chacun)
  • et de fait les sacoches arrières pour loger l’ensemble

Partir près de chez soi

On lira souvent, que les voyages au longs cours sont les plus excitants. Certes, ils sont formidables. Mais parfois, si vous êtes comme moi attachés par un métier, ou une famille, des moyens limités, etc… eh bien le long cours est rare.

Mais pour l’avoir testé plusieurs fois, la randonnée près de chez soi est très dépaysante et nous permet de voir notre bout de pays d’un regard nouveau.

Ses atouts sont nombreux :

  • un budget raisonnable
  • des secours proches et très facilement activables
  • une annulation ou un report facile en cas d’imprévu
  • une organisation de dernière minute possible
  • une connaissance du terrain déjà acquise
  • des prédictions météo fiables
  • etc…

Elle peut être en étoile (rentrer chez soi tous les soirs) ou en véritable expéditions de quelques jours en autonomie (ou pas d’ailleurs, c’est vous qui choisissez). Pour notre beau département, sachez que le site du CDTE 65 est réellement bien fait et répertorie des chemins officiels de randonnées testées en equestre . ( et qui dit officiel, dit entreten et ouverts !).

Le grand départ

La première fois que j’ai décidé de partir en autonomie, j’ai eu autant de joie que le jour de l’annonce de mon Bac ! si, si  !!

On s’imagine au bout du monde, et le coin de la rue est aussi exotique que les fidji !

et puis on se l’est tellement imaginé en rêve que rien ne peux plus nous retenir, ni le soleil qui brille comme en plein désert, ni la pluie tombant sans discontinuer, on a décidé de partir alors on y va ! Le cheval est chargé, les sacoches sont revues mille fois, on en connait leur contenu par coeur, et tout est là . On prend soin de ne pas oublier la photo de départ, sourire ultra-bright et en avant l’aventure.

Honnêtement, je n’ai jamais été déçue de mes expéditions. Même celles qui n’ont pas été à la hauteur de mes espérances. Je les ai toutes appréciées pour ce qu’elles m’ont apporté: des souvenirs inoubliables, des expériences uniques et toujours enrichissantes.

le matériel des petites sorties

On utilise le terme de « randonnée » très vite dans le domaine équestre. On se retrouve à appeler des promenades de 4 ou 5h des randonnées, faute de meilleur terme pour les définir.

Or l’équipement est loin d’être le même. Alors voici ce que je prends pour ces sorties longues, où un imprévu peut survenir et où l’on préfère ne pas trop se charger.

De manière générale je ne prends jamais de sac à dos, ça me déséquilibre moi, et donc mon cheval par la même occasion. J’ai toujours des fontes, ce petit accessoire hautement utile à prouvé mille fois sa valeur. Avec la selle, c’est l’équipement majeur de mon attirail !! j’ai investis dans de la qualité, du cuir italien à 45€ acheté au Salon du Cheval, que je n’ai jamais eu à regretter (même si je l’ai recousu une fois).

J’y met en permanence :

  • un cure-pieds
  • un désinfectant spray (en général pour humain, qui sert aussi au cheval
  • des bombons
  • une bande élastique auto-agrippante
  • trois compresses stériles roulées au max
  • et pleins de petites choses !

A noter que le téléphone lui , par sécurité, est TOUJOURS sur moi ! jamais sur le cheval ! aujourd’hui il existe un million de sacoches et autres pour le porter sur soi sans ennui.

Les site de randonnée chien, canicross, canirando etc…

Comme je le disais dans un autre article,  il y a à mon goût quelques sites très bien faits sur le sujet ! donc voici les liens, à vous de les découvrir à votre rythme, et à laisser des commentaires ou carrément d’autres articles dans le sujet, si vous avez d’autres références à apporter !

la bible  !!

Une randonnée avec son chien, c’est possible !

 

du matos de OUF !

http://www.fenril.fr/

 

Le choix du chien

Voilà un vaste sujet !

Ceux qui n’ont pas encore de chien pourront trouver sur divers sites les caractéristiques d’un bon chien de rando. Pour ma part j’ai retenu que plus le nez est long, meilleure est la respiration… donc ..

Maintenant, si comme moi vous avez un chien sans savoir que vous alliez le traîner partout avec vous, eh bien il faudra tester !

Dans cette rubrique je vais donc vous parlez de ce que moi j’ai fait pour mettre mon chien à niveau. P1020893.JPG

Présentation

Pourquoi ce site ?

Eh bien tout simplement par passion pour l’équitation d’extérieur.

J’ai commencé à cavaler à 17 ans contre l’avis de mes parents et avec mon meilleur ami. Il m’a appris à monter, sur un grand poney à moitié dressé et avec qui j’ai vécu mes plus grandes aventures équestres et que j’ai acheté 10 ans plus tard à force d’insistance. Pendant tout ce temps je n’ai fait que parcourir les chemins autour de chez moi, jusqu’à 60 km de raid en autonomie avec zéro formation, juste l’envie et la volonté de faire.

et ce que j’ai remarqué dans tout ça, c’est la grande absence de renseignements. Pour réussir à trouver des infos il faut être plus rusé qu’un sioux, plus patient qu’un cheyenne et s’inscrire dans diverses associations (généralement payantes) pour participer aux randos (généralement payantes aussi).

L’idée de ce site est donc de centraliser autant d’informations que possible autour du monde de l’équitation d’extérieur non-compétitive. Et surtout, d’en faire un lieu de partage d’expérience, de communauté d’entre-aide, de conseils. Le tout avec toute la bonne humeur qui caractérise le milieu cavalier !

J’espère que vous y trouverez votre bonheur !

Bon surf !

Isisponey